Pilotage de la médiation

En raison des mesures prises par le gouvernement,  la commission fédérale de médiation privilégie le télétravail et vous invitons à nous envoyer un courriel (secr.Bemiddelingscommissie@just.fgov.be)  pour être recontacté par téléphone, le cas échéant.


Si vous voulez contacter un médiateur agréé pour résoudre votre conflit,  nous vous invitons de  consulter notre site web: http://www.cfm-fbc.be/fr/trouver-un-mediateur

 

 

Le médiateur dirige le processus de/ guidera la médiation de telle façon à ce que les parties aient le sentiment de rester en permanence impliquées dans la négociation en dirigeant leur attention sur ce qui est nécessaire, afin de donner des chances à la résolution du conflit. Ceci n'empêche pas le besoin des parties de s’exprimer sur leurs émotions et frustrations. Si ces dernières ne peuvent être exprimées, pris au sérieux et sont reconnues dans un contexte correct, la médiation en sera rendue plus difficile. Le pilotage de la médiation implique que les normes de comportement convenues soient respectées, ainsi que le schéma de la durée de la négociation. Aussi bien le médiateur que les parties, s'il y a tentatives des parties d'abuser de la médiation peuvent y mettre fin. Le médiateur est gardien du suivi correct et raisonné des différentes phases dans le processus de médiation.


La médiation est un cadre mis à la disposition des parties : le médiateur est responsable de mettre à disposition des parties un local neutre et adapté, de gérer l’agenda des réunions en bonne intelligence (en tenant compte des disponibilités des parties sans se laisser abuser), de vérifier leur bonne compréhension du processus et du contenu des débats. La qualité principale d’un médiateur est l’empathie dont il doit faire preuve : respect des valeurs des participants, de leur niveau intellectuel et culturel, de leurs références et de leurs croyances ; il est là pour gérer leurs représentations. En un mot, le médiateur pilote les débats avec l’objectif de faire émerger des solutions pratiques qui peuvent rencontrer l’intérêt de chacune des parties et en recueillir leur accord. Aucune pression ne peut être faite sur les parties par menace, manipulation ou séduction afin qu’elles acquiescent à une proposition. D’une façon générale, le médiateur n’émet que très rarement des opinions quant à d’éventuelles solutions au litige.