Exemples positifs

En raison des mesures prises par le gouvernement,  la commission fédérale de médiation privilégie le télétravail et vous invitons à nous envoyer un courriel (secr.Bemiddelingscommissie@just.fgov.be)  pour être recontacté par téléphone, le cas échéant.

Le site web du CFM est actuellement ‘en construction’. Pour toute information ou questions, veuillez nous contacter par courriel : secr.bemiddelingscommissie@just.fgov.be.

Si vous voulez contacter un médiateur agréé pour résoudre votre conflit, nous vous invitons à consulter notre site web: http://www.cfm-fbc.be/fr/trouver-un-mediateur.

 

Avant de considérer une réussite comme un succès, un apprentissage ardu est parfois nécessaire au préalable. Lors d’une agression ressentie comme extrême dans le cadre d'un différend, le réflexe naturel de défense reprend souvent le dessus ce qui risque d’annihiler toute chance de réussite de la médiation. Voici quelques exemples vécus à titre d’illustration.

 

Lors d’un partage de biens dans le cadre d’un divorce, les ex-conjoints peuvent se rendre la vie difficile en recourant à diverses procédures pendant que l’état du dernier foyer conjugal continue à se détériorer au fil des années et finalement représenter une perte financière pour les deux parties.

 

Les enfants de parents divorcés sont souvent à la merci des ex-partenaires avec les dommages psychologiques de toutes sortes, la colère et la souffrance pendant des années en raison d’une longue lutte engendrant des traumatismes pour tous les intéressés, même des années plus tard alors qu'il pourrait en aller autrement.

 

Un agent immobilier accepte l’offre d'un client qui répond au prix demandé tandis que le vendeur reçoit une offre plus élevée d'un tiers qu’il accepte sans aucune intervention du courtier. Des années de joyeuses procédures en découlent avec le résultat garanti d’une perte pour toutes les parties concernées.

 

Une procédure longue et fastidieuse découle souvent de cas où la responsabilité d'une personne est mise en question pour un événement ou une action dommageable. Heureusement, certains assureurs en protection juridique proposent déjà une couverture pour les assurés des coûts liés à la médiation.

 

Dans le cas d’un malaise persistant entre associés mettant à mal leur collaboration, les partenaires peuvent entamer une action en justice visant à obtenir les actions des autres pour un prix équitable à force de recours divers et d'expertises. Pendant ce temps, un concurrent aura tout loisir de voler le marché, les partenaires trop occupés par leur différend.

 

Si vous vous reconnaissez dans l'un de ces cas, vous auriez intérêt à examiner les différentes procédures de règlement de conflits et proposer la médiation à la (aux) partie(s) adverse(s). Nous serions heureux que vous nous fassiez part de votre expérience vécue et ainsi pouvoir la partager de façon anonyme à d'autres.