Négociation raisonnée

Le site web du CFM est actuellement ‘en construction’. Pour toute information ou questions, veuillez nous contacter par courriel : secr.bemiddelingscommissie@just.fgov.be.

Si vous voulez contacter un médiateur agréé pour résoudre votre conflit, nous vous invitons à consulter notre site web: http://www.cfm-fbc.be/fr/trouver-un-mediateur.

 

Négociation raisonnée se définit comme «un processus de prise de décision interpersonnelle par lequel deux ou plusieurs personnes arrivent à un accord intégratif qui exploite toutes les opportunités de gains mutuels de façon créative».

4 principes fondateurs:

Séparer les personnes du problème

Ca veut dire que le médiateur par des interventions appropriées amène les parties à redéfinir le différend à résoudre de telle manière, pour qu'ils puissent se concentrer avec l'attention pleine sur les parties effectives du différend ; plutôt que sur les accents personnels et émotionnels qui perturbent l'image du différend à résoudre.

Chercher les intérêts derrière les positions

Via le récit de chacun des partis, le médiateur mettra avec les parties les intérêts des parties dans le différend en perspectif afin de les classer logiquement. L’inventaire des intérêts viendra ainsi à l'avant-plan, plutôt que la qualification juridique qui y pourrait être attachée.

Générer des options en vue d’un gain mutuel

Les parties seront stimulées par le médiateur à énumérer le plus de possibilités d’options pour le règlement du différend, de sorte que ceux-ci puissent être remarqués, qui correspond pour chacun des partis le plus étroitement possible à leurs intérêts et avec lesquelles chaque partie fait son avantage.

Négocier sur base de critères objectifs

La négociation d'une solution acceptable pour chaque partie sera facilitée pour les partis par les soins que le médiateur consacre à y veiller à ce que les partis abordent des critères objectifs comme base de négociation.

Outils de communication verbale:

Écoute active

En écoutant très pointu et activement les parties, le médiateur pourra se rattacher au moindre signal qu’une partie donne dans son récit, pour soit laisser ventiler les émotions retenues, soit partant de cela faire émerger des éclaircissements et des nuances des besognes des parties.

Poser les bonnes questions

Par le questionnement du médiateur l'attention des parties à travers le trajet de médiation restera focalisé sur le noyau de l'affaire, et seront apportées à une échange de pensées qualitative et interactive portant sur le contenu.

Choix des mots

En mettant le ton correct avec un usage convenable des mots, pour que les partis se sentent nullement entravé ou inhibé à parler librement, le médiateur veillera d’entretenir le dynamisme de la conversation. Par cela les parties sont incités à véritablement discuter du différend jusqu'au bout.

Reformuler - résumer

Par une attention permanente du médiateur à travers le trajet de médiation à reformuler et/ou résumer l'information que les parties apportent, les parties obtiendront une meilleure compréhension dans les motifs réciproques dans le différend et leur recherche vers la solution.

Le contact d'œil

Le contact visuel qu’entretiennent les parties entre eux et avec l'intermédiaire, permet d'ajouter une dimension supplémentaire aux conversations.

Attitude durant la rencontre

Le médiateur y veillera également à ce que les parties au cours des conversations observent strictement les règles convenues de civilité. Silence. Un silence éventuel peut porter autant de signification en soi qu'un flux de paroles, ou bien être déterminante pour un tournant dans la négociation.

Place prise dans l’entrevue

Enjeux fondamentaux (ou intérêts non tangibles) présents dans presque toutes les négociations

Du fait même que les parties dans la négociation se savent agréé comme à part entière et respecté, ils s'impliqueront totalement lors de la négociation dans laquelle ils éprouvent le sentiment de pouvoir décider eux-mêmes du règlement de leur différend. Dès lors les partis se comporteront davantage en tant que partenaires qui doivent résoudre un problème commun, plutôt que d’adversaires qui veulent triompher au dessus de tout. Là où il convient, l'estime pour la personnalité des parties peut créer également un rapprochement, et contribuer au sentiment de bien être dans le dans le rôle qui reprend chacun des participants effectivement à la négociation.